Rechercher
  • claramoley

Pourquoi j'ai écrit "Les Règles du Jeu"


Photographie officielle du rassemblement du G20 à Buenos Aires, Argentine, en 2018

Cet article a initialement été publié sur Linkedin le 15 avril 2019, quelques jours après la diffusion des "Règles du Jeu" sur générationxx. Je le poste ici car il décrit les fondements de ma démarche, et survole en quelques lignes tout ce dont il va être question en détail sur cette page. Bonne lecture!


***


Cela fait un peu plus de deux semaines que les « Règles du Jeu » sont diffusées sur @generationxx, et je reçois tous les jours des messages de remerciements, d'encouragement et des témoignages. Cela me touche énormément et renforce ma conviction qu'en matière d'égalité au travail, on est loin d'avoir tout dit, et qu'il est possible de proposer un contenu qui fasse vraiment la différence au quotidien. MER-CI à toutes (et tous!), cela me donne envie d'en faire bien plus!

Les RDJ sont directement inspirées de mon expérience de trader dans un environnement 100% masculin. 

Elles sont tout ce que j’aurais aimé qu’on me dise quand j’ai commencé à travailler. Ce qui m’aurait permis de mieux naviguer, de limiter les faux pas et de gagner du temps. Je ne les ai pas trouvées quand j’en ai eu besoin, et pour cette raison j’ai décidé de les créer moi-même, et de les partager.


Le travail c’est pas l’école. Inverser les perspectives


Les RDJ partent d'un constat simple : le travail c’est pas l’école.

Et pour bien naviguer, il faut souvent aller à l’encontre de ce que l'on nous a enseigné pendant des années : qu'être bonne élève suffit, que pour prendre la parole il faut qu'on nous l'ait donnée, que “non” n’est pas une réponse, en particulier quand les directives viennent d’en haut, etc.

Or le monde du travail c’est l’inverse, sans transition.

C’est un monde où la compétence est un prérequis, et ou l’autopromotion, les soft skills et la capacité à créer des opportunités pour soi-même font partie du quotidien pour faire la différence. 

Dans les RDJ, je propose justement d’inverser les perspectives : de sortir de la relation de maître à élève, pour prendre la main sans attendre qu'on nous la donne/tende, et mener sa carrière au mieux, sans subir.


Initier le changement de l'intérieur


La question de la place des femmes en entreprise est en chantier. Et pour constater de vrais résultats un double mouvement sera nécessaire : d’une part la capacité des femmes à maximiser ce qu’elles peuvent obtenir, et de l'autre une évolution profonde des mentalités et des pratiques au sein des entreprises.

J’ai pris le parti de me concentrer sur l’angle de la question sur lequel on peut agir aujourd’hui - c’est à dire le premier. Pour tenter de faire bouger les choses pour de vrai, et rapidement. 

En d’autres termes, ne pas attendre que le changement vienne d’en haut, mais de l’intérieur. 

Plus il y aura de femmes à de hauts niveaux de décision, plus les lignes bougeront.

C'est ce que tentent d'amorcer les RDJ: en étant mieux préparées, mieux outillées et informées, les femmes ont plus de chances d’accéder à ces niveaux de responsabilité, et de transformer le paysage des entreprises, de l’intérieur.

Et pour initier ce "mouvement de l'intérieur", il faut pouvoir passer de l'envie à l'action.

C'est précisément ce que les RDJ proposent de faire: donner des réponses concrètes, utiles, actionnables pour permettre de passer à l'action.

Evidemment, c’est un premier pas! Il y a encore tant à dire, et tant à faire pour que les femmes aient accès aux postes qui leur plaisent en entreprise..

Ça ne fait donc que commencer :)


MERCI encore pour vos commentaires et vos partages !


Keep spreading the word ;)

© 2020 by Clara Moley